Les douleurs dans la région de l’aine (inguinale) peuvent avoir des causes multiples et il n’est pas facile d’en trouver l’origine. Cependant, en déterminant leur localisation précise, nous allons pouvoir comprendre leur cause et étudier les différentes solutions thérapeutiques et l’intérêt du traitement en ostéopathie.

Mieux comprendre sa douleur à l’aine

L’aine est la région entre le bas du ventre et le haut de la cuisse. Cette région est aussi appelée inguinale.

Ces douleurs peuvent être causées par des lésions au niveau des tendons, articulations, muscles et nerfs de la région inguinale ou de la hanche.

Attention, les douleurs dans l’aine peuvent également être d’origine viscérale : le système digestif et gynécologique sont à surveiller ! 

L’inspection commence par la marche où l’on recherche une boiterie par faiblesse des muscles fessiers ou due à une jambe courte ou antalgique (c’est-à-dire une position prise de façon plus ou moins inconsciente afin de diminuer la douleur). L’équilibre du bassin et de la colonne sont aussi évalués.

Les douleurs dans l’aine d’origine articulaire

Ces douleurs peuvent être localisées au milieu de l’aine et sont souvent décrites par le patient comme une douleur d’aiguille ou des petits coups d’électricité. Ces douleurs du bassin correspondent à des pathologies au niveau de l’articulation coxo-fémorale dont la plus fréquente est l’arthrose de la hanche

Les autres pathologies osseuses et articulaires de la hanche sont la dysplasie de hanche, la nécrose de la tête fémorale, l’arthrite septique et les fractures du bassin (liées par exemple à une ostéoporose de la hanche). Toutes ces affections relèvent d’un examen médical en premier lieu. L’ostéopathie peut cependant avoir son intérêt dans le cas d’arthrose de hanche.

L’arthrose de la hanche

L’arthrose de la hanche (coxarthrose chez le médecin) est un phénomène très courant avec une prévalence chez les femmes de plus de 50 ans. Elle se caractérise par une douleur sourde qui progresse avec le temps : au fur et à mesure que le cartilage s’use, il devient de plus en plus compliqué de se plier en avant, de s’asseoir sur ses genoux et d’écarter les jambes. Par ailleurs, le périmètre de marche (c’est-à-dire la distance que l’on peut parcourir à pied sans avoir mal) se réduit.

La symphyse pubienne

Les douleurs dans la région de la symphyse pubienne (réunion en avant des deux os de la hanche) peuvent être liées à des lésions dans cette zone. Cette articulation se fait par un cartilage fibreux qui a la capacité de s’ouvrir légèrement lors de la grossesse et de l’accouchement. 

Il est très commun chez les femmes enceintes de ressentir des douleurs dans cette zone ; cela correspond aux adaptations normales du corps pendant la grossesse. Lors de l’accouchement,  il peut arriver que la symphyse pubienne se désaxe légèrement entraînant des douleurs en suite de couche. 

C’est pour cela, entre autres, qu’il est conseillé à toutes les femmes enceintes ou venant d’accoucher de venir consulter leur ostéopathe qui saura travailler sur cette zone et sur le périnée afin de redonner son équilibre au bassin.

Les douleurs dans l’aine d’origine musculaire

Le psoas

Les douleurs dans le pli de l’aine peuvent être révélatrices de pathologies du muscle psoas. Ce muscle prend son insertion sur les vertèbres lombaires et chemine dans le bassin, accolé à l’os iliaque pour finir sa course en haut du fémur. 

Votre ostéopathe peut réduire la contracture de ce muscle et travailler sur son tendon distal ce qui permettra de diminuer l’inflammation tendineuse. Il saura aussi vous montrer des exercices pour l’étirer.

Les adducteurs et la pubalgie

Si la douleur est plus basse, au niveau de la symphyse pubienne, ce peut être une tendinite des muscles adducteurs. Les muscles adducteurs permettent de rapprocher les deux genoux, ils prennent leur insertion autour de la symphyse pubienne. Les tendinites des adducteurs sont la cause la plus fréquente de douleurs inguinales chez les athlètes. Les lésions surviennent, en général, lors d’un étirement brusque du muscle ou d’une surcharge chronique. La douleur survient chaque fois que le sportif contracte les muscles de la région pubienne, la pubalgie devient alors insoutenable et même parfois invalidante. 

Les douleurs dans l’aine d’origine viscérale

Hernies inguinales

Les hernies inguinales sont très courantes et elles correspondent au passage d’une anse de l’intestin grêle à travers l’orifice inguinal. Celle-ci peut être la conséquence d’efforts répétés, du port de charges, d’une obésité, d’une toux chronique ou encore d’une constipation. Elle est due à une déficience des muscles abdominaux. En effet, lorsqu’ils sont affaiblis, une poussée répétée peut provoquer des déchirures.

Cette hernie peut être plus ou moins volumineuse et parfois elle est présente des deux côtés. Elle se manifeste par une masse palpable au niveau de l’aine, souple, indolore et n’entraîne pas de problème digestif. Lorsqu’une hernie inguinale commence à provoquer des douleurs, c’est le signe d’une complication proche.

Votre ostéopathe pourra vous guider dans ce diagnostic (qui devra être confirmé par votre médecin traitant) et il saura vous montrer des exercices pour renforcer vos abdominaux et éviter ainsi des complications.

Constipation et colopathie

Une autre possibilité, est une douleur de l’aine provenant d’un problème digestif, notamment une colopathie (spasmes du gros intestin) ou une constipation qui nécessiteront une prise en charge globale par un rééquilibrage alimentaire et parfois une éviction de certains aliments à base de gluten ou de lait. En ostéopathie, un travail viscéral est très souvent efficace sur ce genre de pathologies chroniques.

Infection urinaire

Enfin, il peut s’agir d’une cystite (inflammation de la vessie par infection urinaire). Il peut alors apparaître une douleur à l’aine avec une sensation de pesanteur. Chez les femmes, si les cystites sont fréquentes, il faut en chercher la cause. Quelques règles hygiéno-diététiques doivent être renforcées : bien s’hydrater pour augmenter la fréquence des mictions, uriner après les rapports et s’essuyer d’avant en arrière. En phytothérapie, on recommande une cure de cranberries (ou canneberges). L’ostéopathe aura également sa place par son approche globale et par un traitement sur le système urinaire et rénal.

Douleur dans l’aine d’origine nerveuse

Il ne faut pas oublier que dans cette région passe aussi de nombreux nerfs de gros calibres dont le nerf fémoral (ou nerf crural) et le nerf cutané latéral de la cuisse. Ces nerfs prennent leurs origines entre les vertèbres lombaires et cheminent le long des muscles psoas. 

La méralgie paresthésique

Lors d’une compression du nerf fémoro-cutané latéral, lors de son passage dans l’aine, il peut y avoir une méralgie paresthésique, c’est-à-dire un ensemble de sensation désagréables et anormales (picotements, fourmillements, brûlures) Les symptômes se résolvent en général spontanément avec des antalgiques locaux.

La cruralgie

La compression du nerf fémoral provoque la cruralgie ; la douleur chemine également dans la région de l’aine. Cependant, les douleurs et paresthésies se prolongent sur le devant de la cuisse, le genou et même dans la jambe et le pied. La cruralgie peut être accompagnée de douleurs lombaires. De plus, l’atteinte n’est pas uniquement sensitive mais peut être également motrice (perte de force au niveau du quadriceps par exemple).

Douleur à l’aine : conclusion

Les causes et les symptômes de la douleur inguinale sont donc très variés et parfois nécessitent une prise en charge rapide ; il est donc particulièrement important d’effectuer un examen minutieux de votre douleur au niveau de l’aine. Dans la plupart des cas, l’ostéopathe a sa place dans le chemin thérapeutique ; donc, pensez à le consulter !

Categories:

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *